Xav-B.log

Blogzine spécialisé dans le cinéma, la musique métal et rock, les jeux vidéo, les DVD & Blu-Ray avec des actus quotidiennes, des critiques de films, des test de jeux, des chroniques concerts et CD et des photos d'évenement culturels


Critique Ciné : GHOST RIDER de Marc Steven Johnson

Publié par Xav-B sur 23 Février 2007, 21:21pm

Catégories : #Critiques Ciné

img138/4964/18678907pp2.jpg

FICHE TECHNIQUE :

 

SYNOPSIS : Afin de sauver son père victime d'un cancer généralisé, Johnny Blaze signe un pacte avec le diable. Il sera désormais Ghost Rider, le collecteur d'ames de Satan. Décidé à récolter une seconde chance il va s'opposer à son créateur.

 img120/7538/18742252jh5.jpg

CRITIQUE : Marc Steven Johnson chercherait il à surpasser Uwe Bowl dans la médiocrité ? Là où le réalisateur allemand se spécialise dans l'adaptation cinématographique de jeux vidéos, celui ci semblent visiblement consacrer sa carrière aux comic books. Après le ratage DareDevil, il revient avec Ghost Rider autre comic de l'écurie Marvel.

Comment a t'on pu laisser un tacheron pareil massacrer une licence Marvel ? Il semble de bon ton en ce moment à Hollywood d'adapter tout les comic book qui passent à portée de main. Une excellente initiative lorsqu'on voit Spider-Man, Superman, Batman ou X-Men mais qui peut vite virer au ridicule comme ce fut deja le cas d'Elektra, Daredevil, Hulk & The Punisher. S'il existait la récompense du pire film de super héros Ghost Rider le remporterait haut la main tant il n'y a quasiment rien à en garder.

Ca commence par un scénario mince comme une feuille de papier à cigarette qui revient tout d'abord sur les origines du héros avant de nous projeter plusieurs années plus tard quand Johnny Blaze est devenu un cascadeur mondialement reconnu. Puis rapidement apparaissent une brochette de méchants inconsitants. A aucun moment on frémit pour les héros tant l'ensemble est insipide et rempli d'incohérence. Peut on nous expliquer pourquoi la premiere transformation de Johnny Blaze en Ghost Rider se fait dans la souffrance et qu'apres celle ci se passe tout naturellement ? De plus, les scenaristes abusent du pouvoir principal sur les âme du Rider en nous le servant trois à quatre fois.

img135/4889/18742267yz4.jpg

Si encore la réalisation permettait d'oublier ce scénario rachitique en proposant de belles images ou une action rythmée mais ce n'est malheureusement pas le cas. Les effets spéciaux sont ridicules, se contentant de proposer un Ghost Rider tout en image de synthèse absolument pas crédible affublé d'une tete de mort en plastique et d'une voix caverneuse qui ne permet pas de comprendre la moitié de ses phrases. Quand autres maquillages numériques,  ils volent plus bas qu'un épisode de Buffy Contre Les Vampires.

Et ce n'est pas Nicolas Cage qui relevera le niveau. Pourtant motivé depuis longtemps pour incarner un super héros, l'acteur semble completement amorphe dans le rôle de Johnny Blaze. On dirait  qu'il est vraiment venu cachetoner pour payer ses impots. Comme Stallone dans Judge Dread, Nicolas Cage doit absolument montrer sa sale tronche sur la majorité des scènes alors que dans les bandes dessinées le Ghost Rider apparait bien plus souvent que Johnny Blaze. Si c'est pour une prestation de cette sorte, Mark Steven Johnson aurait bien mieux fait d'embaucher un acteur méconnu. Ayant certainement bouffé les trois quarts du budget casting du film pour engager l'acteur, la production a peiné à trouver d'autres comédiens pour mettre en face de lui et a fini par prendre Eva Mendes dans le rôle de la petite amie où elle semble s'etre enlaidie par rapport à ses autres films. Ccasting laborieux complété par Peter "Mais qu'est que je fous là" Fonda et Wes Bentley dans les rôles des principaux ennemis du Rider.

Repoussé de plusieurs mois, Ghost Rider aurait mieux fait de ne jamais sortir. Le film pourra eventuellement séduire les ados écervelés mais ceux qui esperait un grand film de super heros peuvent passer leur chemin et économiser leur argent. On pensait qu'il serait difficile de faire plus nul que DareDevil mais c'est sans compter sur le talent de Mark Steven Johnson qui s'impose avec un nouveau standard de navet.

img90/1327/18708626jc5.jpg

NOTE : 1/5

Commenter cet article
S
Mouais, vais voir... Y'a sans doute un autre film bien plus chouette à tenter !
Répondre
X
Mercredi prochain y a au moins deux films à voir absolument : Le Nombre 23 et Dreamgirls.
S
Ouh laaaa ! J coptais allez le voir... Vais p'être revoir ma position !
Répondre
X
Je m'attendais a une grosse merde et j'ai pas été déçu ! Vu que tu as une carte illimité tu peux tenter le coup par curiosité.

Articles récents